Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 07:13

Bonjour à toutes et tous.

 

Longue chronique de la visite, partielle, d’une manifestation frôlant à de nombreuses reprises la Science-fiction, la Biennale de Design de Saint-Etienne, huitième édition en cette année 2013, dont le thème est l'empathie. 

 

biennale logo 2

 

Quelques mots pour situer la Biennale. Elle a été lancée par l’Ecole des Beaux Arts et la Municipalité lors de la première édition, puis a grandi ; mais se situe toujours dans les nouveaux locaux de l’Ecole, l’ancienne Manufacture d’Armes de la ville. La particularité aussi de cette Biennale est sa grande fréquentation, elle est visitée par le grand public local, en témoignent les longues queues aux caisses d’entrée…

 

Bien qu’évidemment liée à la société consumériste que servent les designers, comme l’a si bien prôné Raymond Loewy, la Biennale s’éloigne radicalement toutefois d’une foire commerciale. Pratiquement pas d’objets ou de projets présents dans le commerce mais plus des prototypes, des propositions plus ou moins radicales, de réflexions sur justement la place de l’objet de masse et artisanal dans le futur, de délires à priori utopistes mais qui risquent bien pourtant de voir le jour dans le commerce, de contre-projets.

Bref, professionnels, étudiants, industriels et surtout le grand public trouvent là de quoi être désarçonné… 

L’auteur de SF que je suis un peu moins, mais c’est peu surprenant, baignant chaque jour dans le futur. Mais la visite m’a réservé quelques belles surprises, que je vais donc vous exposer à mon tour…


La grande absente de ce genre de manifestations restant bien sûr la réalité sociale du mode de production consumériste, ou alors repoussé à la marge, à quelques propositions.

Mais l’on ne peut décemment pas attendre de grands évènements financés par les pouvoirs politiques et économiques de s’auto-flageller et de dénoncer le système économique qu’ils défendent becs et ongles. 

 

L’objet  reste la vedette et pas du tout celles et ceux et ceux qui le fabriquent, à peine leurs créateurs aussi d‘ailleurs... 


 

Quelques objets qui changent l'ordinaire

 

Prothèse de communication

images-du-futur-3 1391

images-du-futur-3 1392

 

Frise animalière

images-du-futur-3 1386

images-du-futur-3 1389

 

Objets non identifiés,

pour le simple plaisir d’ajuster deux matériaux.

images-du-futur-3 1401

images-du-futur-3 1402

images-du-futur-3 1403

images-du-futur-3 1400

 

Un banc...

images-du-futur-3 1390

 

Un incontournable robot, censé être le compagnon idéal...

images-du-futur-3 1382-copie-1

 

Système de rangement confinant à l'oeuvre d'art

images-du-futur-3 1395

images-du-futur-3 1396

 

Un collecteur de feuilles mortes

images-du-futur-3 1398-copie-1

 

Des reposettes...

images-du-futur-3 1405


Et au beau milieu de ces objets, un charge-palettes industriel...

images-du-futur-3 1404

 

Du mobilier urbain...

images-du-futur-3 1412

images-du-futur-3 1413-copie-1

 

D’anciens aspirateurs ; sorte de cliché de l’expo design, j’en ai souvent vu...

Fantasme ultime sans doute de commissaires d’exposition, mais qui d’ailleurs est intéressant et paradoxal. Voilà bien un objet qui n’a strictement rien changé à la répartition des tâches entre femmes et hommes au sein des couples, ni facilité le ménage en lui-même, sinon faire plus consommer de métal, de plastique et d’électricité…


images-du-futur-3 1411

 

Pour rester plus ou moins dans le même sujet , voici le grand succès de la Biennale, l’un des objets le plus photographié je pense, le Barbie-foot… 


images-du-futur-3 1406

images-du-futur-3 1408

images-du-futur-3 1410

 

Les androïdes rêvent-ils de moutons ? 


Faisant explicitement référence au célèbre roman de Philip K. Dick, où comme dans nombre de ses nouvelles d’ailleurs, l’Humanité a balayé de la surface de la Terre la Nature et en est réduit à s’entourer d’animaux et d’androïdes artificiels, j’attendais beaucoup de cette exposition, au final anecdotique et sans grand intérêt… 


Ressortent seulement à mon sens deux projets vraiment porteurs de sens. 


"Playing food", de Tomm Velthuis, designer des Pays-Bas, propose de manière radicale de refonder le jeu traditionnel en bois destiné à instruire les enfants sur les animaux de la ferme.

Sauf que la ferme a vécu, ou presque, et qu'il serait temps de confronter l'enfant à la réalité de la nourriture qu'il mange... 

Projet qui provoque une certaine stupeur chez le visiteur, qui oscille entre sentiment pénible face à la réalité et désir de vérité qu'il juge louable malgré tout. 

A mon sens, nous voilà confronter au meilleur de ce que peut imaginer un designer soucieux de sens, même si évidemment la chance de voir produire un tel jeu et de pouvoir l'acheter reste des plus minces... 


images-du-futur-3 1417

BIENNALE tomm-velthuis 2

BIENNALE tomm-velthuis 3

BIENNALE tomm-velthuis 4

BIENNALE tomm-velthuis 5

 

Autre projet, le camion abattoir. Il s'agit là d'accompagner  la relocalisation de l'agriculture et de l'élevage extensif, en proposant aux agriculteurs de se dispenser de convoyer l'animal à l'abbatoir, parfois assez éloigné. 

L'animal aussi ne subit pas le traumatisme de l'éloignement. C'est donc aussi un double projet tant économique que soucieux du bien-être animal, même si évidemment il doit être tué à un moment ou à un autre si on souhaite le manger...


images-du-futur-3 1430

 

Le camion comporte aussi une partie découpe de l'animal. L'agriculteur ou le boucher peut aussi traiter sur place la carcasse fraîchement tuée, comme autrefois.

On peut même imaginer que le client venu à la ferme reparte directement avec la viande de la bête qu'il a vu vivante quelques minutes avant...

Il s'agit là donc d'un service à domicile supprimant tous ces trajets liés à l'agroalimentaire internationale sans scrupules, complétement fragmentée et délocalisée.

Le camion répond à toutes les normes en vigueur. 

 

L'alimentation de demain 

Petite expo, mais à mon sens la plus importante !


En effet, le génie mécanique cohabite depuis quelques années maintenant avec le génie biologique. L'on donne là à voir véritablement au public le design du futur !

Voici donc quelques projets délirants, entre dégoût et idée extrément prophétiques pour qui connaît un peu tout ce qui se trame en laboratoire...


Tout d'abord, la "Capsul'activ" salade, vendu comme médicaments.

Le designer a même disposé à côté de la boîte une véritable ordonnance de médecin pour rendre encore plus concrête cette nourriture médicament.

Provocation certes, mais rappelons la tendance qui d'ailleurs fonctionne pas si bien commercialement, des agro-alimentaires pour faire croire au concepts d'aliments-mdédicaments, un yaourt contre le cholestérol par exemple...


Autre idée charmante, le "Légume-Fruit" Parfait en forme de petite courge verte, qui est censé réunir le meilleur de tous les fruits et légumes, afin d'économiser les terres agricoles et nourri au mieux la population nombreuse.

Idée pas si folle...

 

Passons à plus troublant encore, la Viande Artificielle, non pas seulement en boucherie mais plus futuriste encore, à la maison, accompagnée de sa poivrière en bois...

Voici donc un incubateur de viande, "Rustic in vitro", ou plutôt sa production. Le designer ne montre pas en effet la machine elle-même...

Déjà en laboratoire, l'agro-alimentaire industrielle travaille sur la viande artificielle, faite à partir de cellules souches orientées pour donner du muscle, puisque la viande que nous mangeons est essentiellement du muscle avec un peu de graisse...


images-du-futur-3 1421

 

La proposition donne aussi l'opportunité pour le consommateur de donenr la forme et le goût qu'il veut à sa viande personnalisée ; un peu dans l'esprit de ces machines à café à capsules qui offre un large choix de café ou le tuning de voitures. 

Viande industrielle cette fois au vrai sens du terme et créativité. Un vrai bonheur consumériste ; une autre manière de manger qui s'éloigne radicalement de tout ce que l'Humanité connaît depuis des dizaines de milliers d'années. 

Une vraie révolution possible et qui sans doute arrivera assez vite, même si elle n'est pas généralisée, tant le souci écologique que pose la forte hausse de consommation de viande est bien réel... Sans compter le souci de rentabilité qui obsède les multinationales...

Un autre argument massue est aussi d'être protégé, enfin, de toutes les maladies animales et autres contaminations alimentaires, de manger une viande "hygiénique", exempte de tous soucis sanitaires. 

L'animal est sale, c'est bien connu. 

 

Quelques liens vers cette nourriture industrielle...

 

Mangeons donc du poulet... Une bien belle idée d’un étudiant anglais sur une production enfin rationnelle de poulets sans tête…

http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2012/02/le-cauchemar-ou-le-reve-dun-poulet.html

Ainsi qu’une vidéo de démonstration d’un robot dépeceur de poulets…

http://www.laboiteverte.fr/robot-a-desosser-les-poulets/

 

Chaque choix d’objet ou de projet exposés est donc un choix politique. 

Exposer de la viande artificielle comme un téléphone, c’est indiquer au visiteurs qu’il n’y a rien là que de bien normal, d’ordinaire. La viande est un produit comme un autre, industrialisable.

C’est donc un choix redoutable. 

D’un autre côté, évidemment, cela permet à une population ignorante d’entrevoir ce qu’on lui prépare, tout cela pour sauver la planète et une meilleure santé, cela va de soi. 

Et surtout de pouvoir continuer à consommer de la viande à n’importe quel prix. 

 

 

Objets de demain ou presque...

Objets certainement plus liés à l’avenir industriel proche. 

 

Masque AIRE récupérateur d’énergie.... Un projet véritablement SF, qui fait négativement réagir le public, peu enclin à porter un tel engin... Le masque utilise le souffle de la respiration pour produire de l'électricité. 

Exemple frappant de la relocalisation extrême de la production d'énergie.

BIENNALE MASQUE

BIENNALE MASQUE 3

BIENNALE MASQUE 2

 

Autre projet local, proposé conjointement par l'ENSCI-Les Ateliers, Hedera Technology et l'association Ateliers sans Frontières, un serveur informatique produit localement dans les pays émergents.

Le sentiment est mitigé devant un tel projet.

Idée naïve, perpétuant pour partie le phénomène de recyclage "réservé aux pays dits pauvres ou émergents, qui masque l’essentiel, la soumission totale de ceux qui ne savent pas penser et produire l’informatique à ceux qui savent...


images-du-futur-3 1423

BIENNALE SERVEUR LOW COST

D'un autre côté, la fabrication "de l'emballage" notamment en céramique, est très plaisant. Le local se réapproprie l'objet mondialisé, affirme une esthétique à soi, d'ailleurs tout à fait bien pensée. D'ailleurs, sans doute que ce produit se vendrait aussi ailleurs, au Japon ou en Europe, les consommateurs férus d'originalité apprécieront, préférant au plastique la céramique autrement plus flatteuse et écologique, n'est-ce pas ?!

Reste tout de même que l'essentiel, le processus informatique, provient d'ailleurs... 


BIENNALE SERVEUR LOW COST 3

BIENNALE SERVEUR LOW COST 2

 

Deux show cars de 2011, sans lesquels une exposition design n'est rien...

Renault Frendzy pour commencer et et Citroën Tubik ensuite, toujours impressionnants il est vrai, mais au final sans aucune révolution, aucun enjeu nouveau sinon par leur motorisation hybride ou électrique et le style. 


BIENNALE RENAULT FRENDZY

BIENNALE RENAULT FRENDZY 3

 

Toutefois, le Citroën Tublik est vraiment plaisant dans son style rétro-moderniste, avec sa carrosserie "peau". 


BIENNALE CITROEN TUBIK 3

BIENNALE CITROEN TUBIK 2

BIENNALE CITROEN TUBIK 4

BIENNALE CITROEN TUBIK 6

 

L'inspirateur du Tubik... 

BIENNALE CITROEN TUBIK 7

 

Une tentative d'empathie non-humaine... La borne Orange "Mobo" à la "dimension friendly", censée vous conseiller pour le recyclage de vos vieux portables, d'à peine deux ans. 

 Il est vrai qu'il faut bien remplacer les employés licenciés…


BIENNALE SERVEUR MOBO 2

 

Encore du véhicule, avec deux propositions légères.


Tout d'abord, l'APLQL'H, voiture pliable de ville, moins lourde que l'humain. On peut cependant douter de la praticité réelle de l'engin...


BIENNALE VOITURE LEGERE

BIENNALE VOITURE LEGERE 2

BIENNALE VOITURE LEGERE 3

BIENNALE VOITURE LEGERE 5

 

La Voiture V+ de Philippe Starck, elle, est autrement plus séduisante, pas prétentieuse, retrouvant la simplicité de la Citroën Méhari. 


images-du-futur-3 1426

images-du-futur-3 1427

Ce véhicule de déplacement court reste utopique, non pas technologiquement, faire de la vannerie est dans les possibilités de l’industrie, mais socialement. Les gens semblent vouloir des voitures chars d’assaut, surprotégés, non plus de la légèreté, de la rencontre, de la convivialité.

Nous sommes donc loin des prototypes lourdauds des grands constructeurs, des boulevards urbains surchargés. La V+ sent les vacances, respire un monde perdu peut-être, ou à redécouvrir, celui des déplacements sans crainte. 


BIENNALE VOITURE STARCK 3

BIENNALE VOITURE STARCK 7

BIENNALE VOITURE STARCK

 

Star absolue mais à mon sens qui mérite d‘être écouté, Starck reste donc bien un designer atypique, critique, appelant à ne plus produire autant mais mieux et moins, avec une facilité instinctive d’utilisation, sans chichi technologique qui ne sert en rien la population, l’utilisateur. 


Je dois dire que depuis que je suis devenu auteur de science-fiction je comprends mieux ce qu’il disait déjà il y a vingt ans et plus, arrêtons de produire autant d’objets, nous allons droit dans le mur !, ce qui me semblait paradoxal pour un designer…

Concepteur d’objets, il paraît tout de même comprendre la limite de leur usage, au contraire des designers servant aveuglément la production de masse, ou bien alors contribuant à une une humiliation sociale.

Car rappelons-le bien, les designers, employés tout comme les technoscientifique, font ce qu’on leur dit de faire, y compris le pire. 

Par exemple des bancs anti-clochards où l’on ne peut s’allonger, que l’on soit clochard ou pas d’ailleurs, du mobilier urbain payant comme les sanisettes, des armes létales et non létales, des caméras de surveillance discrètes, des packagings mensongers sur la nature industrielle des produits, des objets qui se cassent facilement pour être le plus rapidement remplacés, et j’en oublie. 

 

La librairie

 

Yes is more, Taschen, 20 euros.

Livre didactique sur des projets architecturaux, sous forme de BD. 

biennale livre yes is more 2

biennale livre yes is more

biennale livre yes is more 3

 

Architecture contemporaine, Flammarion, 25 euros.

biennale livre ARCHI CONTEMPORAINE

 

CCCP, Cosmic Communist Construction Photographed

Taschen, 40 euros.

biennale livre CCCP

biennale livre CCCP 2

biennale livre CCCP 3


Prefab houses, Taschen, 50 euros.

biennale livre FREFAB HOUSES

Golden Age DC comics, Taschen, 40 euros.

des affiches, des illustrations, des planches, de l'historique !

biennale livre DC COMICS

Mythologies de Roland Barthes, Points essais, 6, 10 euros.

Court livre, certes un peu rude à lire,mais bien utile

pour mieux comprendre dans quel monde nous vivons.  

biennale livre BARTHES

 

Conclusion 

 

Alors que retirer de nouveau d’une telle visite ? Pas vraiment d’idées neuves, plutôt des confirmations de tendances plus ou moins affirmées entrevues ici ou là ou faisant l’objet de propagande intense. 

Et une certitude.

Le système consumériste fera n’importe quoi pour se survivre, à n’importe quel prix, avec l’assentiment des élites, et notamment des designers, trop contents d’innover, de satisfaire cette pulsion créatrice, qui anime aussi d‘ailleurs les auteurs de Science-fiction, reconnaissons-le... Même si sagement, nous restons dans la fiction. 

L’industrialisation du monde, des êtres vivants est en marche. Elle se porte bien d’ailleurs, malgré tout ce que l’on pourrait croire. 

Car le fameux Progrès avance, inexorable ; surpuissante idéologie laminant toutes les autres.

Se voulant le reflet des tendances du design, cette Biennale 2013  aborde cette année, même timidement, l'arrivée du génie génétique et de l‘industrie du vivant, successeur de l’industrie métallurgique du 19ème siècle. 


À mon sens, à n’en pas douter, l’avenir appartient au Design Biologique. Les prochaines Biennales seront certainement passionnantes. 

 

Gulzar 

 

Le site de la manifestation

http://www.biennale-design.com/saint-etienne/2013/fr/home/

 

Et un ultime objet entrevu à trois pas de la Biennale...

images-du-futur-3 1431

Partager cet article

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article

commentaires

Vitu 02/05/2013 00:57

Nous avons retrouvé l'auteur de l'ultime objet !

Présentation

  • : 36, quai du futur
  • 36, quai du futur
  • : Bienvenue à toutes et à tous. Je suis Gulzar Joby, auteur de Science-fiction. Retrouvez mes parutions, mon carnet de notes et les autres rubriques de mon blog.
  • Contact

Cherchez Un Article !

Archives