Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 13:03

banniere Gulzarama saison2 DEF internet

 

 

Rencontre avec les parents

 

Wictorius s’étonna. Contrairement au reste du site tombé dans une triste déliquescence, l’habitat ouvrier restait entretenu. La forêt luxuriante n‘avait pas tout envahi. Du linge suspendu et des cheminées fumantes indiquaient que toute une communauté géante vivait là, certainement au milieu des rires et des chansons. Des cochons en liberté grognaient pour rien, des chiens faisaient la sieste. 

- Chef, un important poulailler à trois heures sur la gauche ! 

- J’ai vu. Les enfants, pouvons-nous descendre des toits ? 

- Faut prendre le toboggan ! 

Beatrix, Sylvester et Wictorius usèrent donc leurs fesses sur le toboggan, fait de l’arrangement de quelques troncs d’arbres creusés. En un instant, ils se retrouvèrent devant un groupe de géants fumant la pipe au bord d’une rivière. 

- Papa, maman, ils nous ont obligé à les amener ici ! 

Wictorius crut nécessaire de se présenter au plus vite. 

- Knapp Zardoz, intrépide prédicateur pour le Renouveau de la Foi en Jesus Cristo, ma servante et un fidèle soldat de Dieu. Pourrais-je parler aux parents de ces quatre magnifiques bambins, voir à un responsable de votre pittoresque village ? 

Un vieux géant voûté cracha dans l’eau pure, tandis que tous se levaient, stupéfaits de l‘apparition.

- Nous vivons dans l’autogestion ! Mais d’où sortent ces nains ? Que vont penser nos invités de Patagonie ? 

- Tais-toi, Topart, tu causes trop ! Vous n’avez rien les enfants ? 

Risque-tout, Bang-bang, Lunatique et Microbe furent longuement examinés, palpés, interrogés. Puis un géant s’avança, armé de son seul tabouret.

- Je suis le père, Lingor ! Et voici ma compagne, Angora. Vous êtes les premiers humains depuis bien longtemps à oser vous aventurer chez nous ! 

- Chez vous ? Mais depuis quand des géants possèdent-ils des terres ? 

- Depuis que ZZ nous a donné le don de vie ! 

 

La suite lundi !

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 07:39

 

la femme sur la lune JAQUETTE

 

Bonjour à toutes et tous.

 

Il est parfois bon d’avoir des amis… L’un des miens ayant acheté un coffret Fritz lang, je me suis empressé de lui emprunter quelques films, dont un que je ne connaissais que de réputation, La Femme sur la Lune, dernier film muet du cinéaste datant de 1929. 

 

la femme sur la lune AFFICHE


Film extraordinaire vraiment, que tout(e) passionné(e) de Science-fiction se doit d’avoir vu, mélange de naïveté narrative, l’on peut par exemple respirer sur la Lune, et d‘extraordinaires visions de conquête spatiale d‘un réalisme parfois saisissant, qui a inspiré d‘autres créateurs et pourquoi pas la conquête spatiale elle-même, allers et retours bien connus entre fiction et réalité. 

 

Le film, d’une durée de deux heures quarante tout de même, est clairement divisé en trois parties, avec un savant sens de l‘attente chez le spectateur. Nous n’entreverrons la fusée qu’au bout d’une bonne heure et demie…

 

la femme sur la lune 11


Dans la première partie, nous sommes chez le vieux professeur Mansfeldt qui survit dans une misérable soupente, souffrant du froid et de la faim ; renvoyé de l’Académie des Sciences pour avoir prétendu qu’il y a de l’or sur la Lune.

Seul l’ingénieur Hans Windegger qui prépare une fusée lunaire lui rend encore visite, lui offre à manger. Mais voilà que quelqu’un s’introduit dans la nuit chez le vieux professeur pour lui voler ses documents… 

 

la femme sur la lune 19

 

Nous sommes là en plein expressionisme allemand, tant par l’éclairage fait d’ombres et de lumière crus, que par la violence des situations sociales. Ce personnage de scientifique uniquement tendu vers le savoir, sans souci de matérialisme est évidemment sympathique, mais en même temps tend à la folie. Sans lui, pas de conquête lunaire. Seule la possibilité de l’existence de grande quantité d’or sur le satellite de la Terre poussera à investir l’argent nécessaire à la construction d’une fusée lunaire…

 

la femme sur la lune 20


Fritz Lang est là d’un rare sens de l’observation du comportement humain. Pas de sentimentalisme, la Lune ne sera atteinte que s’il existe un intérêt matériel. Ici l’or dans la fiction, dans la réalité de la guerre froide entre les USA et l‘URSS, la suprématie idéologique et technologique. 

D’ailleurs, la guerre idéologique gagnée, il faudra attendre que la Chine veuille imposer sa domination pour voir peut-être à nouveau des humains marcher sur la Lune, puisque pour l’instant l’exploitation minière rentable de la Lune rêve un rêve. 

 

la femme sur la lune 26

 

La deuxième partie du film nous entraîne loin des mansardes, chez les promoteurs financiers du projet et chez l’ingénieur, où l’espion tente cette fois de voler les plans de la fusée destinée à aller sur la Lune... 

 

la femme sur la lune 30

 

Je vous passe les péripéties, finalement un accord est conclu. Sous la menace de voir la fusée prête à partir détruite, l’espion Turner représentant d’obscures intérêts accompagnera le jeune fils du concierge passionné par l‘Espace, l’ingénieur Hans Windegger, sa femme Friede Velten, la femme sur la Lune donc, et bien entendu l’entrepreneur Wolf Helius qui compte bien arriver le premier et ramener l’or tant convoité. 

Cette fois, nous voici enfin sur le départ…

 

la femme sur la lune 22

 

Dans la troisième partie, après cette longue introduction sur Terre, nous entrons dans le coeur du film. L'envol et le vol se passe bien, la fusée alunit, mais s‘enfonce un peu trop. Il faudra déblayer pour repartir. Tandis que le vieux professeur Mansfeldt s’enthousiasme pour l’exploration de l’astre, de l’or est trouvé en quantité dans une grotte.

Le drame peut alors débuter. Je ne vous en dit pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir...  

 

la femme sur la lune 12

 

Après les deux premières parties visionnaires socialement tout en empruntant au film noir et d‘espionnage, La Femme sur la Lune offre à présent d’incroyable sensations spatiales.  Rappelons encore une fois que le film date de 1929, soit bien dix ans avant les V1 et V2 conçu par l’ingénieur nazi Von Braun, avant tout type de fusée permettant d’accéder à la stratosphère, aux hautes altitudes, sans parler encore d’orbite basse…

S’étant entouré de conseillers techniques, Frtiz Lang fait vraiment œuvre dans ce voyage sur la Lune d’une rare prescience.

 

la femme sur la lune 34

 

Avant même de songer à lancer un équipage sur la Lune, les commanditaires envoient une première fusée photographier la Lune et même s'y écraser pour déterminer s'il y a de l'or. C'est exactement ce que feront les agences spatiales pour préparer l'arrivée des humains sur notre satellite...

 

la femme sur la lune FUSEE


Quant à la fusée, elle est d’un réalisme saisissant, tout comme son environnement terrestre. De même qu'à Cap Canaveral, la fusée de la taille approchant celle d’une Saturne est construite, ou plutôt assemblée dans un haut hangar. Puis, elle est transportée sur rails vers son aire de lancement, devant les journalistes et une foule nombreuse. 

L’engin spatial est alors plongée dans l’eau, avant d’être mise à feu. Cette présence de l’eau, même utilisée naïvement, est vraiment extraordinaire, sachant qu’il faudra trente ans après s’en servir au départ pour disperser la chaleur des moteurs au décollage.

Pour le départ, afin de renforcer le suspens, Frtiz Lang nous gratifie d’un compte à rebours, chose inconnu à l’époque, et qui sera repris pour les décollages bien réels par la suite. 

 

la femme sur la lune 5

 

Sans aller jusqu’aux trois étages nécessaires, la fusée abandonne bel et bien un étage quelques minutes après avoir décollée. Et bien sûr se retourne pour atterrir sur sa base et non s’écraser sur la surface lunaire. 

 

L’habitacle lui oscille comme tout le film entre naïveté et prescience extraordinaire.  Tout est fait de tôles, de cadrans, de robinets, de lit de toile. Mais d’un autre côté, l’habitacle est rationnellement divisé entre chambre, salle de contrôle, cales. Une double paroi protège même les passagers. 

Au décollage, tous les voyageurs sont écrasés par la forte accélération, s’évanouisse même, avant de reprendre leurs esprits. Lorsque cesse l’accélération, ils découvrent alors l’absence de gravité. 

 

la femme sur la lune 4


Et c’est là peut-être à mon sens où le génie de ce film apparaît. Fritz Lang, plutôt que de simuler maladroitement la flottaison de ses acteurs trouve un moyen simple pour faire tenir ses acteurs debout. Partout sont disposés des poignées, y compris au sol pour y accrocher ses chaussures. Ainsi, l’on peut progresser sans s’envoler.

Le résultat à l’image est stupéfiant. On a véritablement l’impression avec un déplacement subtil des acteurs qu’ils sont réellement en apesanteur, sans aucun trucage. 

C’est exactement le même dispositif qui existe dans les habitats spatiaux, stations ou désormais anciennes navettes, pour permettre aux cosmonautes de travailler debout sans dériver au moindre mouvement…

 

la femme sur la lune 3

 

Alors évidemment, la présence d’une atmosphère sur la Lune, qui n’en possède pas, renvoie La Femme sur la Lune aux récits parfois fantaisistes de Science-fiction du début du vingtième siècle. 

Mais il faut bien considérer que Fritz Lang, souhaitant nombre de plans larges pour profiter du magnifique paysage lunaire de studio doit résoudre un dilemme filmique intenable. Avec des acteurs en scaphandres, impossible pour le spectateur de reconnaître qui est qui… Il faut donc que les acteurs aient leur visage à l’air libre. 

Sans cela, sans doute que Fritz Lang aurait conserver logiquement tout au long du film une Lune sans atmosphère, quasi certitude scientifique à l’époque. 

Toutefois, le premier homme sur la Lune y descendra bel et bien en scaphandre. L'équipage prend tout de même une précaution élémentaire, donne un élément de réalisme. Il ne se précipite pas à l’extérieur de la fusée sans protection. 

 

la femme sur la lune 18

la femme sur la lune 25

 

Tous ces éléments de réalisation à vrai dire laisse pantois. Le visionnage du film, en plus de l’histoire elle-même passionnante et très bien interprétée, de la lumière splendide, offre une sensation plus que dérangeante. 

La sensation que l’envoi d’humains dans l’Espace et sur la Lune, tant Russe qu’Etats-unienne n’est qu’une copie du film, ou presque. Que la réalité s’est largement inspiré d’une œuvre prophétique de fiction, elle-même nourrie de solides réflexions techniques. 

 

la femme sur la lune

 

Une dernière caractéristique scénaristique importante à mon sens finit de crédibiliser le film, l’absence de toute trace de vie et de civilisation sur la Lune. Tout comme Jules Verne qui se contentait de faire simplement tourner son obus habité autour de l’astre, Frit Lang ne se lance pas dans une hypothétique rencontre extra-terrestre, il reste sur ses personnages, sur cet or lunaire responsable de toutes les convoitises, de toutes les aventures. 

 

la femme sur la lune FINAL


La vie sur la Lune, ce sera une femme et un homme, un couple amoureux restant sur place, se sacrifiant pour que puisse rentrer sur Terre le jeune garçon sain et sauf. Le film finit donc d’une manière optimiste, la Lune sera colonisée par l’Humanité.

Sauf que la prophétie de Fritz Lang n’ a pas eu lieu, pas encore du moins. L’aventure états-unienne Apollo ne fut qu’un acte extraordinaire, retentissant, mais finalement isolé et sans suite. 

 

la femme sur la lune 13

 

Après avoir visionné si tardivement La Femme sur la Lune, arrive une évidence pour qui connaît le cinéma d’anticipation, de Science-fiction. Ce film est précurseur de tous les autres, invente tout ou presque. 

Alors sans sortir les grandes phrases, il me paraît évident, comme à d’autres, vu son antériorité à toute forme de conquête spatiale réelle, qu’avec 2001, l’Odyssée de l’Espace d‘Arthur C. Clarke et Stanley Kubrick, La Femme sur la Lune est l’autre grand film essentiel du cinéma des grands espaces stellaires.

 

la femme sur la lune 2

 

Il ne s’agit pas de dévaloriser d’ailleurs des centaines d‘autres films très appréciables, voir novateurs eux aussi. Simplement, ces deux films posent des jalons essentiels du point de vue narratif et visuel. 

La Femme sur la Lune invente la conquête spatiale, littéralement. Il montre ce qu’il va advenir dans un futur proche ou plus lointain, tant du point de vue social, la compétition entre nations, l’appât du gain, que la fusée spatial abritant des voyageurs. Film à mi chemin du romantisme de Jules Verne et du modernisme extrême. 

2001, l’Odyssée de l’Espace, lui, fusionne la métaphysique avec le film spatial, parvient à nous arracher à la simple fascination technologique pour aller plus loin. Et fait causer les ordinateurs…

 

la femme sur la lune 21

 

Pour conclure cette chronique enthousiaste, je crois que vous conviendrez avec moi que la trame général du film, la forme même de la fusée, a clairement inspiré les deux albums de Tintin Opération Lune et On a marché sur la Lune… L’un de personnages s’appelle-même Wolf, c’est dire. 

 

la femme sur la lune 32


Alors ne vous contentez pas uniquement des albums d’Hergé, revoyez ou découvrez l’original, ce fabuleux film de Fritz Lang, cynique et visionnaire, La Femme sur la Lune, très injustement mal diffusé, presque ignoré des générations de cinéphiles épris de Science-fiction, peut-être parce qu‘en noir et blanc, muet et d'une narration plus lente que ce à quoi nous sommes habitués ?

Rarement pourtant un film a été aussi essentiel au cinéma.  

 

Il ne me reste plus à présent qu’à voir le film de Georges Méliès, Le voyage dans la Lune

 

Gulzar 

 

la femme sur la lune 17

la femme sur la lune 24

la femme sur la lune 10

la femme sur la lune 16

la femme sur la lune 33

la femme sur la lune 8

la femme sur la lune TOURNAGE

 

Pour en savoir plus sur La Femme sur la Lune, quelques liens. 

Un diaporama à visionner : 
Trois extraits du film :
la femme sur la lune AFFICHE 2

 

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 12:03

lions en liberté

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 12:00

banniere Gulzarama saison2 DEF internet

 

 

Sur les toits

 

Wictorius se hâta de démentir la propagande néo-comunismo rampante ! 

- Il ne serait être question d’exploitation éhontée dans la nouvelle économie ! Nos géants adorent rendre des menus services contre de superbes habitats légers et de l’argent de poche. N’allez pas croire les enfants tout ce que raconte vos parents. D’ailleurs, nous aimerions beaucoup leur parler… 

- Nous allons nous concerter…

Cela prit un moment. Risque-tout, Bang-bang, Lunatique et Microbe peinait à prendre une décision à propos de ces étrangers. 

- Je pense qu’ils n’ont jamais vu d’humains, c’est à peine croyable !

- Sans doute, Beatrix, plus personne en vient par ici. Le personnel a déserté la région une fois la machine définitivement arrêté. Vous aurez noté que le parc de stationnement était désert... 

- Chef, ils ont le dos tourné ! Si on en profitait pour filer ? 

- Nous restons Sylvester, je veux éclaircir ce mystère. Un véritable agent secret professionnel ne peut rester indifférent. Vous imaginez, des enfants de géants ! Je dois faire un rapport au plus vite !

Wictorius s’épongea le front. Même son implant je vais bien, tout va bien peinait à vaincre son angoisse naissante. Nerveusement, il avala trois cachets de Neurolax 700 qui ne le quittait jamais avec une gorgée de jus de fruit. Sa gourde était déjà presque vide.

D’un pas lourd, les enfants revinrent vers eux. 

- On veut bien vous emmener voir nos parents, mais faut promettre de dire que vous nous avez obligé ! 

Wictorius promit sans peine et la longue marche commença, épuisante. Les toits encombrés de végétation délirante ou transpercés d’arbres étaient impraticables. Les enfants devaient attendre les étrangers et parfois les aider à franchir les pires obstacles. 

Enfin apparurent les baraquements des géants d’alors, bâtisseurs à mains nues de la machine ZZ, ultime rêve de l‘ancienne économie défunte.  

 

La suite demain !

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 19:00

Kang Donghwa

Kang Donghwa 3

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:58

banniere Gulzarama saison2 DEF internet

 

 

Jesus Cristo, cet inconnu

 

Heureusement, les quatre gigantesques enfants ne semblaient pas avoir de mauvaises intentions. Wictorius les trouvait même plutôt gras, avec leurs bonnes grosses joues.

Pourtant, ils étaient censés ne pas pouvoir exister… 

Le moins timide s’avança vers Sylvester, lui caressa ses cheveux coupés ras.

- Vous nous ressemblez, mais vous n’êtes pourtant pas pareils… 

- Ce doivent être de ces créatures qui vivent sur les plages ! 

- C’est juste une légende pour bébé ! L’Océan, ça n’existe pas !

Sûrement, des généticiens avaient dévoyé dans ce lieu reculé et abandonné de tous l’art de procréer des géants adultes et fonctionnels. 

- Les enfants, je crains que nous n’existions réellement… Vous n’êtes pas seuls ici, je suppose ? Où sont vos créateurs ?  

- Nos parents ? Ils accueillent des nôtres venus de Patagonie. 

- Vous entendez, des parents ! Les géants ont à travailler, pas à procréer !

- Calmez-vous Beatrix, je gère la situation !

- Chef, je fonce dans le tas ? Si j’en tue deux, les autres s’enfuiront peut-être…

- Non, Sylvester, rangez-moi ce lance-grenades, nous nous présentons comme des représentants de l’Amour divin, je vous le rappelle !

Wictorius cessa les conciliabules pour s’avancer vers celui qui paraissait sinon le plus âgé du moins le moins craintif.  

- Je me nomme Knapp Zardoz. Et vous quatre ? 

- Moi, c’est Lunatique. Eux, ce sont Risque-tout et Bang-Bang. Elle, la petite dernière, c’est Microbe... 

- Les enfants, nous désirions nous entretenir avec vos parents de Jesus Cristo, le fils de notre Dieu unique. Pouvez-vous nous conduire auprès d’eux ? 

Lunatique hésita longuement à répondre, tandis que ses frères et sœur devenaient nerveux. 

- Nos divinités nous suffisent… Nos parents, ils nous racontent des choses terribles sur des petits monstres cruels qui obligeraient nous autres les géants à trimer jusqu’à la mort ! 

 

La suite demain !

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 06:33

Bonjour à toutes et tous.

 

Jolie découverte aujourd'hui en BD, Big crunch, tome 1, par Rémi Gourrierec, dans la collection Shampooing, des éditions Delcourt, collection très intéressante généralement. L'album de petit format est sorti en 2012. 

 

big crunch


Dessiné en noir et blanc, avec un trait fin, mélange de comics et de mangas, mais possédant sa propre originalité, ce premier tome nous raconte non pas les aventures d'un superhéros parisien nommé Cosmos, mais celle de ses enfants, puisque le voilà mal en point... Retrouvé inanimé dans leur appartement, alors que leur mère est à l'hôpital, ses enfants ne savent plus trop quoi faire. 

Doutant de la vrai identité de leur père censé être chauffeur de bus, doivent-il avertir les autorités qui compte sur Cosmos pour rétablir le calme, ou prendre sa place ? 

Car une étrange menace plane sur Paris. Lors d'émergence, des gens au hasard se transforme pour quelques heures en monstre. Et seul Cosmos parvient à leur rendre leur forme originelle...

 

big crunch 2

 

Ayant trouvé un nouveau regard, le superhéros disparaissant de l'histoire, du moins pour ce premier tome, Rémi Gourrierec peut se concentrer sur l'entourage, les trois enfants mais pas seulement, avec une rare grâce, qui n'est pas sans rappeller un autre excellent album de SF à la française, Pills d'A. Ozanam et G. Singelin, déjà chroniqué sur ce blog. 

 

Big Crunch, signifiant en anglais un état complet de surmenage celui de Cosmos en l'occurence, est une histoire parfaite de super héros pour toutes celles et tous ceux qui n'aiment justement pas ce genre d'histoire, du moins à priori ! Nous sommes si loin de Superman...

Et pour les fans de superhéros, ils savoureront également de décalage narratif. Car tout de même, occulter totalement le personnage central, à peine une silhouette dormant dans le canapé, est tout de même audacieux.

 

Pas encore de tome 2 édité... Big crunch, une histoire à suivre, donc.

Gulzar 

 

La chronique de l'album Pills

http://36quaidufutur.over-blog.com/article-bd-pills-d-a-ozanam-et-g-singelin-kstr-editeur-68728223.html

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 13:22

Jacovitti album

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 13:18

banniere Gulzarama saison2 DEF internet

 

 

Sur les toits

 

Devant l’impossible, le cerveau amélioré de Wictorius entra en dramatique surchauffe. Les géants, savante création de la nouvelle économie destinée à soulager l‘Humanité des tâches les plus pénibles, ne pouvaient avoir de descendance ! Et pourtant, quatre enfants gigantesques traînaient derrière eux un camion de lait déglingué attaché à une ficelle ! 

- Chef, je peux tenter d’attraper un de ces monstres ! Les gosses, ça me connaît, suffit que je lui explose les deux rotules ! 

Beatrix se précipita sur Sylvester qui déjà sortait des grenades de son sac à dos. 

- Et que faîtes-vous des trois autres ? Ils pourraient nous écraser comme des insectes, le plus petit fait déjà plus de deux mètres !

- Elle a raison, guerreiro. Mieux vaut les suivre jusqu’à leur tanière. Avançons sans faire de bruit.

D’un regard, Wictorius comprit que Beatrix pensait comme lui. La machine ZZ avait dû être la cause d’une telle incongruité. Aucune naissance naturelle de géants n’avaient jamais été signalé. 

Les entrepôts passés, les quatre enfants à peine vêtus abandonnèrent leur jouet et grimpèrent sans peine dans les hauteurs d’énormes bâtiments de la surpuissante machine. La difficulté restait de grimper le long de ces arbres tordus, surtout pour Beatrix au poids légèrement au-dessus de la moyenne nationale. Heureux de se rendre enfin utile, Sylvester tailla rapidement des marches au couteau de combat dans le bois tendre. 

Après une heure d’ascension pénible, les gamins géants curieux les attendaient, empêchant malencontreusement toute fuite.

- D’où venez-vous ? 

- Pourquoi êtes-vous si petits ? 

Splendide de courage, Wictorius fit front, protégeant Beatrix de son corps et empêchant Sylvester de faire feu. 

- Et bien les enfants, je suis un intrépide prédicateur catholique. Et voici ma servante et mon fidèle combattant pour la foi. Avez-vous déjà entendu parlé de Jesus Cristo, notre sauveur à tous ?  

 

La suite demain !

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 21:56

goro 9

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article

Présentation

  • : 36, quai du futur
  • 36, quai du futur
  • : Bienvenue à toutes et à tous. Je suis Gulzar Joby, auteur de Science-fiction. Retrouvez mes parutions, mon carnet de notes et les autres rubriques de mon blog.
  • Contact

Cherchez Un Article !

Archives