Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 09:44

Ioan Dumitrescu

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 12:51

banniere Gulzarama internet-copie-1

 

Résumé

Wictorius très déçu

 

 

- Ici Wictorius ! Je vous entend très mal ! 

- Imbécile, je suis en orbite pour échapper au fisc, chassé du Paradis flottant La Nouvelle Calypsor sous un méchant prétexte ! J’ai pêché de leurs dauphins sacrés. Où es-tu ?

- Mais au Brazil, Suprême Coordinateur ! J‘ai enduré les pires souffrances, vécu dans des chalets et des cavernes, eu atrocement mal au pieds à force de marcher ! on m’a forcé à avaler des choses immangeables, j’ai été passé au modulateur corporel, j’ai croisé la route d’infâmes suppôts du Canard ! 

- De quel canard me parles-tu ? 

- Mais le Criminel qui s’empare des rézos pour affabuler, provoquer le chaos ! 

- Ah, cette enquête… Annulée, il y a d’autres priorités. Il faut que tu arrêtes cette crapuleuse escouade fiscale qui me poursuit ! 

Abasourdi, Wictorius n’en  revint pas. La Grosse Citrouille lui retirait l’enquête ! Il perdrait ses points retraite supplémentaires pour missions en territoire hostile ! Tout son être se révoltait, jamais il n’abandonnerait la Civilisation aux mains du Crime ! 

- Mais je dois poursuivre le canard Enchaîné ! Trouvez un autre agent pour vos ennuis personnels, je ne sais pas moi, Gustavo, il est tout le temps à se plaindre du prix des munitions !

- Mes ennuis sont les ennuis du Brazil, ton volatile attendra ! Rendez-vous au bureau 699 pour prendre vos instructions ! 

- Je ne vous entends plus…

Énervé, Wictorius ferma son oreille.com. 

- Regardez comme nous sommes beaux ! 

Pas peu fiers, Gog et Magog tournaient sur eux-mêmes. Wictorius put admirer leurs costumes de diplomates croulant sous les fausses décorations, tandis que le tailleur satisfait de son œuvre préparait la petite note. 

- Vous êtes magnifiques. Pressons, allons acheter vos armes de mort, je n’ai pas toute ma journée, moi ! 

 

La suite demain ! 

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 07:14

60 voyages extraordinaires jules verne

 

Voilà, j'ai fini de lire ce gros livre édité par Ouest-France et surtout de prendre les notes sur chaque livre, connu ou moins connu, de Jules Verne.

Honnêtement, j'en avais bien besoin... C'est étonnant comme cet auteur est important pour chaque lecteur ou auteur de Science-fiction et souvetn à quel point on connaît mal son oeuvre, souvent lue à l'adolescence.

J'ai donc commencé à acheter certains volumes en livre de poche peu chers.

Quand à mes notes, elles vont me servir de temps à autre dans mes écrits, soit pour un hommage discret ou parodique.

Egalement plus sérieusement, mieux connaître ce grand maître du récit permet de mieux comprendre ce que l'on raconte soi-même...

 

Si jamais vous avez l'occasion de lire ou d'accquérir cet ouvrage, n'hésitez pas. 

Gulzar

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 07:11

EVE Gallente Gate 2007 by VanKaiser

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 16:00

banniere livres à lire internet

 

matheson vol1

 

Formidable ressorti en Poche, chez J'ai Lu, de l'intégrale des nouvelles de Richard Matheson, l'un des meilleurs novellistes de fantastique et de SF, tant donc comme écrivain que comme scénariste pour le cinéma et la télévision états-uniennes. 

 

matheson vol2

 

Trois tomes qui désormais sont sur une étagère, que je lirai de tant à autre, comme je le fais pour Stephen King...

Trois ouvrages vraiment indispensable pour les passionné(e)s des deux genres, 8 ou 8,40 euros chacun.

 

matheson vol3

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 12:51

droide-enceinte

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 12:49

banniere Gulzarama internet-copie-1

 

 

Résumé

La Grosse Citrouille, enfin

 

Wictorius négocia dur et réussit à obtenir du tailleur de Panama une réduction de sept pour cent sur le prix des indispensables costumes de diplomate, sans lesquels Gog et Magog ne seraient pas pris au sérieux dans leurs négociations d’achats d’armes lourdes. 

- Je veux bien habiller ces deux français, mais à mon idée ! Messieurs, veuillez passer à l’étage, je vais vous confectionner un chapeau à chacun, qui exprima votre âme, votre personnalité cachée ! Que direz-vous d’un dartagnan emplumé avec un je ne sais quoi de postnumérique ? Ou alors, le portrait de votre Président Farindol gravé sur Mont Saint-Michel en mousse de maïs ? 

- Nous préférerions de loin un simple d’Artagnan… 

- J’aime la modestie, surtout chez des représentants de pays arriérés comme le vôtre ! Ce doit tout de même être bien pénible de vivre sans robots ni nature améliorée… On dit que Paris ne serait plus qu’un gigantesque jardin, aux légumes préhistoriques ? 

Vêtus de matière fluorescente, Gog et Magog suivirent docilement le tailleur Harrito Pendelo dans l’escalier trop étroit pour eux. 

- Disons qu’il n’y a pas autant de véhicules que par chez vous ! Mais nous ne connaissons pas la capitale. 

- Nous sommes de Concarneau, en Bretagne. La plage est réputée ! 

Tout de même inquiet de la note finale, Wictorius aida l’apprenti à trier le million de boutons qui occupait tout un coin de la boutique. 

- Vous avez de la chance, d’habitude le Maître n’habille pas les géants… 

- Pourquoi donc ? 

- Ce ne sont pas des gens comme nous. Ils vivent dans des cabanons, ils ne savent pas lire !

Wictorius voulut engager un vaste débat sur le gigantisme, mais son oreille.com sonna !

- Ici la Grosse Citrouille ! Au secours Wictorius, j’ai désespérément besoin de vous ! 

 

La suite demain ! 

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 16:21

DERI AIR

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 15:37

Bonjour à toutes et à tous

 

Chronique quelque peu furieuse et poétique aujourd’hui, forme qui me semble indispensable pour aborder un très court livre, Un futur sans avenir, pourquoi il ne faut pas sauver la recherche scientifique, sinon instructif, du moins essentiel à mes yeux pour qui s’intéresse à la fameuse Technoscience et à son impact sur les sociétés humaines. 

Paru en 2009, aux Editions L’échappée, il est toujours disponible et rassemble quelques textes et tracts du groupe Oblomoff, composé d’employés de la dite Technoscience, et qui, semble-t-il, paraissent avoir quelque doute sur la réelle destination et utilité de leur travail…

un futur sans avenir


Sous les pavés la plage.

Sous les beaux discours, le cauchemar scientifique. 

 

L’idéologie est au cœur de ce livre militant au meilleur sens du terme, c’est-à-dire abattant à grands coups de hache les discours convenus sur la Science ; la fameuse science, pure, généreuse, voulant le bien de l’Humanité, détaché des basses réalités matérielles.

Une Science qui n’a sans doute jamais existé, sinon dans l’esprit délirant des promoteurs de la Technoscience, seul mot vraiment à même de rendre compte de la réalité de la Science, une alliance, une fusion entre technique et Science. 

 

Ne lit-on pas encore régulièrement dans certaines revues que grâce à la conquête spatiale, l’on va vaincre la faim dans le monde, que la localisation satellitaire aide le petit paysan à mieux exploiter ses champs et autre affirmations propagandistes en dehors de toute raison ?

 

La faim dans le monde est une volonté politique, rien d’autre. Il n’y a aucune fatalité. 

Le paysan a besoin de pouvoir vendre sa production à un prix lui permettant de vivre correctement, il n’a pas besoin de satellite.  

 

La raison. 

Voilà bien un mot qui vous n’aurez pas manqué de le noter, est absent des discours technocratique. Vous rappelez-vouis l’avoir jamais entendu prononcer ? 

La nouveauté, l’innovation prime tout, nouvelle divinité qu‘il n‘est plus possible de piétiner. 

La raison ? Une obsolescence de peureux, un obstacle dressé par des extrémistes gauchistes irresponsables sur la voie du Progrès. 

 

Irresponsables, certes oui. Les employés de la Technoscience, subalternes ou chefs, qui disent qu’ils cherchent. Oh oui, pour chercher ils cherchent. Et trouvent aussi. 

Ils disent que c’est à d’autre de prendre les décisions. Que c’est aux responsables de choisir. Que c’est aux élus.

Les élus du peuple. 

Depuis quand sont-ils responsables de leurs actes, depuis quand la planète entière vit sous régime démocratique ? 

 

La Technoscience propose et le politique dispose. Dans le discours public ne reste que la seconde moitié de la phrase, le politique dispose. 

C’est pas moi M‘dame qui ait fait la bêtise, c’est l’autre.

La Technoscience propose, donc. Effectivement, le politique n’y entend rien en technologie, en recherche fondamentale.

Pour le politique, c’est juste une arme. Économique, guerrière, élément de prestige national. 

 

Le politique n’a jamais rien demandé, ou si peu. Tout est proposé, voulu, quémander, obtenu, désiré par la Technoscience. 

Réfrigérateur, bombe atomique, voiture électrique, train à vapeur, avion, téléphone, ballon dirigeable; gaz de combat, robot, fusée spatiale, 

 

Technoscientiste, un alchimiste qui a réussi. 

Le Technoscientiste qui donc croit au Progrès, magie devenue réalité, comme d’autres croient en la résurrection, en la vie après la mort.  

 

Le Progrès. Quel joli mot. Quelle escroquerie. 

 

L’objectif.

Quel est l’objectif ?

Quel est l’objectif réel de tout financement de recherche, fondamentale ou appliqué ? 

Qui finance ? 

Qui finance quoi ? Pour qui ? 

 

L’esclave réclame à corps et à cris son esclavage, sujet récurrent de la philosophie depuis des millénaires.

Le Technoscientiste réclame à corps et à cris de la nouveauté, sa dose quotidienne d’innovation. 

Cela doit bien tout de même servir les intérêts des gens qui lui versent son salaire, ou alors vraiment, nous vivons dans un monde de fous…

 

La rêverie, l’émerveillement devant les mystères de la Nature ? Inutile, méprisable, ne rapportant rien.  

À la poubelle de l’Histoire, la vraie, celle du microscope et de la machine à vapeur. 

 

L’artificialisation du monde, du moins pour l’instant de la seule planète Terre, voilà l‘objectif.

Un objectif jamais explicite, jamais révélé, toujours tu. 

Rendre artificiel, c’est rendre beau, inoffensif, utilisable, sain, vendable, rentable, contrôlable.

 

Artificialisation, j’écris ton nom. Pour qu’il soit lu, au moins une fois. Pour qu’il soi dit, repris, discuté. Que les gamins dans les cours de récréation s’insultent en se traitant d’artificiel. 

 

L’amélioration.

Il faut tout améliorer, toujours. Améliorer le corps, améliorer la bagnole, le téléphone, la guerre.

Oh oui, il faut améliorer la guerre, qu’elle ne fasse plus de soldats morts. la population ne veut plus, ne peut plus supporter le sans et les larmes. Dommage, désormais c’est le peuple qui meurt dans les guerres. 

Le soldat, lui, travaille. Progrès. 

 

L’adaptation.

Plutôt que de ne pas modifier à grande échelle, de ne pas polluer la Nature, il convient donc d’adaptater l’Humain à son nouveau milieu technologique. Voilà bien ce qui est intéressant dans le groupe Oblomoff, la déconstruction du discours élitiste à destination des masses ignorantes. 

Le peuple doit être adapté à la technique et non l’inverse.

Un simple exemple, l’heure d’été et l’heure d’hiver. Utile aux humains ? Non, uniquement utile pour mieux rationnaliser la production l’électricité, faire des économies. 

 

Il ne faut pas dire aux gens qu’il n’y aura jamais plus d’emploi de masse dans les sociétés industrialisées et artificialisées, puisque le but ultime de la Technoscience au service exclusive de l’Economie est bien de réduire à néant l’humain dans le processus de fabrication, de distribution, de vente. Robots en usine, productivité agricole extrême, gare et port automatisés, caisses automatiques en magasin…

Il ne faut pas dire aux gens qu’il n’y aura jamais plus d’emploi, sinon, ils deviendraient fous. 

 

La Technoscience, c’est le chômage. C’est vilain d’écrire cela, je sais. 

Et on continue à faire honte à la populace qui ne trouve pas à s’employer.

Et on continue à vivre dans des sociétés sans revenu minimal universel.

Et on continue à faire miroiter la croissance. 

 

Nous gênons, véritablement. Vous et moi, nous gênons. Alors nous voilà adaptés, adaptables, prêt à consommer ce qui va nous tuer, nous dévaloriser. 

 

C’est sûr, nous résistons ; à condition de savoir à quoi résister. Une menace inconnue, incompris, impalpable ne peut être contrée. Jamais. 

 

Un futur sans avenir, pourquoi il ne faut pas sauver la recherche scientifique. Voilà donc un petit livre, très efficace pour s’exploser le cerveau et rester exsangue devant tant de cynisme.  

Une révélation. Comme un ange descendu du ciel pour nous dire qu’on vit dans un monde de merde et je reste poli. 

 

un futur sans avenir couv 2

 

Cependant, il convient aussi de relire à froid le livre, de ne pas oublier qu’il s’agit là d’une utopie véritable qui à le juste mérite de dissoudre les brumes qui nous entourent, mais qui par sa nature même pose question, s’il s’agissait véritablement de mettre en action les propos du groupe Oblomoff. 

 

En effet, pour résumer grossièrement leur analyse, il conviendrait donc de réellement rendre démocratique les choix de recherche scientifique, puis donc leurs applications ; d‘enlever le pouvoir décisionnaire des mains des scientifiques, des états et des multinationales. Que le peuple décide ce qui est bon pour lui.

 

Seulement d’inévitables écueils apparaissent, sautent aux yeux.

 

Tout d’abord, personne n’est capable de définir ce qu’est un peuple précisément… Sont-ce les plus pauvres ? Celles et ceux qui ont un emploi ? Les malades mentaux, les étrangers, les illettrés auraient-ils le droit de voter ? Qui seraient exclus du vote ? Quelles questions seraient posées ? Où et comment organiser le débat ? À partir de quelles données objectives ?  Qui recueilleraient ces données objectives ? Qui pour contrôler la véracité des données ? 

 

Ce serait un total renversement. Le scientifique deviendrait là un simple domestique du peuple souverain, un esclave qui se fera battre s’il entreprend une mauvaise action, une mauvaise recherche, une mauvaise application…

Des tribunaux scientifiques populaires devront alors être mis en place. Car pour mettre en ordre une utopie, il faut abattre, mettre au pas les adversaires de l’utopie. 

 

Il faut pendre Roland Moreno pour avoir inventé la carte à puce, supprimant dix millions d’emplois de caissiers de banque dans le monde. 

 

Ne pas voir l’affrontement nécessaire à la destruction de la Technoscience telle qu‘elle existe aujourd‘hui, c’est demeurer purement dans l’idée, l’envie d’un monde meilleur. 

Ce serait violence contre violence. Rien d’autre. Aucun groupe humain ne se laisserait déposséder de son statut social, de ses prérogatives, de son idéologie sans réagir, sans farouchement lutter s‘il le peut.

Et la Technoscience le peut, assurément, tant elle est vitale, constitutiv du système capitaliste, finalement très récent dans l'Histoire humaine. 

 

En ce sens, le groupe Oblomoff est un groupe révolutionnaire, appelant à la lutte, peut-être même armée. C’est la seule conclusion logique qui s’impose si on les laisse emporter à la lecture d’Un futur sans avenir, pourquoi il ne faut pas sauver la recherche scientifique. 

Si le danger est si grand, la réaction devrait être immédiate, sans délais. Comment laisser vivre des gens qui tuent des millions de personnes par leur action nuisible sans réagir ? 


Le choix est simple à énoncer. S’adapter à la Nature ou adapter la Nature. Très difficile à trancher.

 

Enfin, l’analyse et l’envie démocratique du groupe Oblomoff, et d’autres d’ailleurs, me paraît devoir se fracasser contre un écueil intellectuel de première importance. 

Le peuple saurait donc ce qui est bon pour lui, bon pour la planète, bon pour l’humain, bon pour l‘avenir. 

J’en doute sérieusement. Le groupe Oblomoff oublie, me semble-t-il, à quel point toute l’histoire humaine nous hurle le contraire. 

L’avenir n’est pas du tout dans les capacités intellectuelles et sociales de l’espèce humaine, qui vit quasiment au jour le jour.

Un individu peut concevoir sa propre mort, pas un groupe. 

On vit au pied du volcan qui va vous tuer un jour prochain. 

 

Depuis quand le peuple est-il raisonnable, la foule consciente des conséquences de ses actes ? Qui peut donner une définition juste de la rationalité ? De l’intérêt collectif ? 

 

Le groupe Oblomoff en réalité, malgré son appel à tout arrêter, à dévier de sa route folle la Technoscience, souhaite changer l’Humanité à sa façon, exactement comme prétende le faire les partisans fanatiques de la Technoscience, qui eux veulent en plus changer la Nature toute entière il est vrai.

Dans ce sens, les membres du groupe Oblomoff me paraissent les dignes héritiers des Lumières utopistes eux-aussi, qui voulaient changer le peuple, améliorer l’espèce humaine par la lecture et la culture. 

 

Voilà bien ce qu’il faut comprendre me semble-t-il à la lecture du très intéressant Un futur sans avenir, pourquoi il ne faut pas sauver la recherche scientifique. Sauver la recherche scientifique telle qu’elle se pratique actuellement, certainement pas, sauver le peuple, certainement pas non plus. 

 

Une fois la lecture finie, je pense que l’on peut même aller encore plus loin dans la recherche de vocabulaire…

Je m’avance même, je dirai que nous sommes maintenant dans l’ère du Technosécuritaire, du Technoalimentaire, de la Technoamitié, du Technoanimal, de la Technoflore, du Technogène, du Technodéchet, du Technocaniveau. 

Du technotout. Absolument tout. 

 

Adieu la Science, le goût de la découverte, de l’émerveillement de la Nature qui réjouit l’esprit. 

Adieu la gratuité, bonjour tristesse. 

 

Gulzar Joby

 

Pour contacter le groupe Oblomoff

21ter, rue Voltaire 

75011 Paris

Oblomoff@no-log.fr

 

Editions L’échappé

32, avenue de la Résistance

93100 Montreuil 

lechappee@no-log.fr

www.lechappee.org


Pour en savoir plus sur Oblomoff, roman d'Ivan Gontcharov...  

http://fr.wikipedia.org/wiki/Oblomov

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 08:02

Contessa with Squid Omar Rayyan

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article

Présentation

  • : 36, quai du futur
  • 36, quai du futur
  • : Bienvenue à toutes et à tous. Je suis Gulzar Joby, auteur de Science-fiction. Retrouvez mes parutions, mon carnet de notes et les autres rubriques de mon blog.
  • Contact

Cherchez Un Article !

Archives