Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 06:50

Bonjour à toutes et à tous

 

Très courte chronique aujourd’hui, avec un minuscule anecdote qui m’est arrivé il y a quelques jours, qui m‘a bien amusé. Trois fois rien, vous le constaterez, mais qui pourtant est assez vertigineux pour qui s’intéresse aux technologies de l‘informatique. 

Pour préciser les choses, sachez juste que j’alterne entre création de mes écrits directement au clavier d’un ordinateur et relecture après les avoir imprimés, et ce depuis des années. 

 

J’étais donc en train de corriger avec un stylo plume une nouvelle imprimée sur papier, lorsque après avoir fini ma correction, j’ai esquissé le geste de faire Ctrl-S dans le but de sauvegarder mon travail... 

 

Je me suis vite arrêté, me rendant compte de ma méprise absurde. 

Mais le constat était là. La feuille de papier et le clavier s’était confondu dans mon esprit ; le stylo et le clavier réunis ensemble dans un délire fusionnel, un léger bug de mon cerveau d’écrivain…

 

En même temps, j’ai en quelque sorte anticipé l’avenir immédiat et plus lointain. Les tablettes informatiques d’aujourd’hui esquisse déjà la disparition physique du clavier. Bientôt, l’outil informatique pourra se résumer à une feuille-écran que l’on pourra dérouler et rouler. 

Mieux, ou pire, une liaison entre le cerveau et la puissance informatique pourrait ne dispenser de tout contact physique entre la pensée et l’écrit. 

Plus de stylo, de clavier, de geste physique. Plus rien. Vous écrirez en sirotant un verre. 

 

On travaille dur sur ces technologies dans nombre de laboratoires, privés comme publique, pour les personnes handicapés comme pour un confort soi-disant amélioré pour les usagers. 

 

Mais peut-on exister, penser sans son corps, sans geste physique ? Nous n’allons plus tarder à le savoir…

 

Gulzar 

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 06:56
Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Le capharnaüm du Net !
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 06:55

Nicolas Sparth Bouvier6

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 06:47

banniere Gulzarama internet-copie-1

 

 

Résumé

Wictorius, espion  troglodyte  

 

Le gamin Pierre-Louis reparti à son village, Wictorius suivit le résistant barbu dans l’anfractuosité qui révéla une galerie suintante s’enfonçant dans l’obscurité. 

- Faite attention à ne pas glisser l’ami, si proche de l’entrée, il n’y a pas d’éclairage. Dès fois qu’une patrouille serait assez audacieuse pour se risquer dans les gorges. Le Farindol se doute bien qu’on s’y cache, mais de là à venir nous déloger ! 

- Rencontrerais-je votre guide spirituel, Ernest-Valéry Destin ? 

- Ah, il n’est pas parmi nous pour l’instant. Il est en mission secrète à la cherche d’alliés, au Duché du Luxembourg ou en Petite Allemagne, enfin à l’Est, quoi… Au fait, je m’appelle Dominique de Aubry-Fourcade !

Le même dilemme revenait. Wictorius devait-il se dévoiler ou emprunter une fausse identité ? Mieux valait toutefois jouer franc jeu avec un homme armé d’un long couteau, de divers armes de poings, d’un fusil à triple canon, de diverses grenades accrochées à sa ceinture et qui devait manger des vaches.

- Je suis Wictorius, le grand espion brazilien ! 

- Connais pas, désolé.

- C’est bien dommage. Je dois pourtant contacter l’ANE pour organiser mon rapatriement. 

- Faudrait voir ça avec notre service Transport Discret. Moi, j’appartiens au service Art Moderne ! Par là ! 

Fièrement, Dominique de Aubry-Fourcade emmena Wictorius, le dos courbé, jusqu’à une petite grotte basse de plafond, éclairée cette fois. 

- Voici ma galerie personnelle ! J’ai effacé tous ces vieux dessins d’animaux, c’était d’un primitif.. Franchement, c’est pas plus beau un supersonique Concorde de Sud Aviation ? Celui-là, je l’ai fait rien qu’avec de la poudre de salpêtre et du jus de mûres ! 

Wictorius ne dit rien, pour ne pas vexer ce rude Résistant, mais le pauvre avait totalement raté sa fresque. Les ailes étaient trop petites, le nez de l’avion comme ridiculement cassé. 

 

La suite lundi ! 

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 06:00

banniere flash info imaginaire

 

Nouveau texte intéressant à lire de Moussa Ould Ebnou, en provenance d'Afrique saharienne. 

http://jplanque.pagesperso-orange.fr/Tranche_de_vie.htm

 

Voici sa biographie, extraite du site :

Moussa Ould Ebnou est professeur à l'Université de Nouakchott, en Mauritanie. Il a publié en 1990 son premier roman en français, L'AMOUR IMPOSSIBLE, annoncé à l'époque par l'éditeur (L'Harmattan, Paris) comme un roman de science-fiction africain. Depuis, il a écrit deux autres romans en français et trois en arabe (publiés par Al Adab à Beyrouth). Dans son livre ARABIC FICTION Salma Khadra al-Jayyoussi a présenté son roman MADINAT AL RIYAH comme « l'unique roman arabe sur la technique ».

Son écriture romanesque s'intègre dans un projet philosophique plus vaste qui vise à poser les fondements d'un questionnement philosophique post métaphysique. Pour lui « L'achèvement de la métaphysique dans le système du "savoir absolu" et l'avènement du monde de la technique assignent désormais à la philosophie une nouvelle tâche. Il s'agit de fonder une nouvelle philosophie de la technique, une métatechnique qui porte sur la recherche des causes, des premiers principes des objets techniques. La métatechnique a pour objet la connaissance de l'être technique et des causes, non pas de l'univers et de la nature de la matière, comme à l'époque de la métaphysique, mais du monde de la technique et de la nature des objets de la technique. Elle s'attache aussi à étudier les problèmes de la connaissance technologique, de la vérité et de la liberté dans le monde de la technique. »

Moussa Ould Ebnou est président de l'Association Mauritanienne des Ecrivains d'Expression Française.

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 19:47

prometheus 5

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 19:23

Bonjour à toutes et à tous. 

Avec grande envie et un respect certain pour le travail de cinéaste de Ridley Scott, je suis allé voir son dernier long métrage, Prometheus, dans une salle disposant d’un système de projection 3D de grande qualité. 

 

prometheus 00

 

Tout d’abord, je ne rentrerai pas la discussion concernant le lien de Prometheus avec la saga Alien initiée par Ridley Scott lui-même. Peu importe à mon sens de savoir les liens entre ces deux histoires, qui certes se recoupent. 

Je n’examine que ce que j’ai devant les yeux et dans les oreilles. Je ne regarde pas deux films à la fois, mais un seul. 

D’ailleurs, Prometheus se suffit à lui-même… Il n’y a nul besoin de connaître le film Alien de 1979 pour l’apprécier, ce qui est heureux, me semble-t-il. 

 

prometheus 8

 

La trame, rapidement.

Après avoir découvert un même dessin de cinq étoiles en différents endroits du monde parmi les traces de diverses civilisations passées, un couple de chercheurs parvient à convaincre une riche firme de financer l’envoi d’un vaisseau vers une planète susceptible d’abriter une vie intelligente ; planète indiquée par en quelques sortes les coordonnées spatiales laissées sur Terre par ces êtres venus d’ailleurs.

Dans l’idée, ou le fantasme, de trouver l’explication de la vie, les créateurs même de l’espèce humaine, l’expédition arrive à bon port ; non pas une planète, mais une lune d’une énorme planète. 

Le vaisseau Prometheus se pose, juste devant un énorme bâtiment en forme de coupole, où les traces et même les cadavres de créatures humanoïdes de grande taille sont retrouvés, appelés les ingénieurs. Ils semblent être tous morts, tués par plus fort qu’eux… 

L’analyse génétique est formelle, ils possèdent le même génome que les humains…

 

prometheus 4

 

Inutile d’en dire plus, mieux vaut voir le film qui à mon sens mérite le détour, même s’il souffre de quelques défauts narratifs, dans les personnages surtout.

En effet quelques chercheurs et membre d’équipage du Prometheus sont vraiment maladroits, négligés. Ils pourraient aussi bien ne pas être là que ce serait tout aussi bien… C’est tout de même assez gênant pour un film d’un tel niveau.

 

prometheus 01

 

Car Prometheus est très réussi esthétiquement. Sobre quand il le faut, complexe lorsque c’est nécessaire. L’image numérique est vraiment d’un telle réalisme qu’on s’y laisse prendre avec plaisir. 

Même si encore une fois, le vaisseau par exemple n’est en rien réaliste et reste dans la tradition utopiste de nombre de films spatiaux. Un engin d’une telle masse, se poser sur une lune et redécoller, relève de l’impossible, tout comme y obtenir une gravité lors du vol de deux ans depuis la Terre.

Tout comme d’ailleurs la mise en stase de l’équipage, qui paraît pour une si faible durée inutile.  

Les spectateurs, dont je suis, acceptent un tel état de fait, mais ce manque de réalisme devient un conformisme au fil du temps. Revenir à un réalisme, une vraisemblance technique sera certainement un enjeu des films SF à venir…

 

prometheus 7

 

Quand à la narration, c’est bien tout l’enjeu du film, elle prend la forme d’un miroir à facettes. 

Il est raté, il est incohérent, il ouvre sur un questionnement métaphysique, il défend le créationnisme niant le savoir scientifique sur les origines de la vie et de l’Humanité, il est sans surprises, il surprend, etc… Vous pouvez tout lire, tout entendre sur le film. 

Prometheus crée sinon de la polémique, du moins de la discussion à la sortie du cinéma. 

 

En vérité, c’est une œuvre réceptacle des opinions, des habitudes de pensées, de l’ignorance aussi parfois des spectateurs. Chacun y voit bien ce qu’il veut y voir.

Et en cela, je trouve Prometheus valorisant, bien écrit, qui d’ailleurs appelle une suite que l’on attendra avec impatience. Les films grand public à gros budget aussi interrogatifS, à la narration aussi complexe, aussi ouverte surtout, sans un suspens classique du genre policier, sont assez rares, voir rarissimes. 

 

prometheus 3

 

Effectivement, Ridley Scott et les scénaristes nous perdent en conjonctures. Mieux, ils nous obligent à réfléchir, à se remémorer le début même du film, cet être qui semble se suicider sur la Terre il y a très longtemps et dont les gènes se répandent dans l’eau… 

Ils savent aussi provoquer l’attente d’une scène, puis nous décevoir pour nous envoyer sur une nouvelle interrogation. Un exemple frappant en est la rencontre entre un survivant des ingénieurs et les explorateurs. Enfin, l’on va savoir ! Et bien non, il n’y a pas un mot d’échangé, l’ingénieur tue les humains présents, fait décoller son vaisseau.

Le dialogue sera impossible. 

 

prometheus 6

 

Tant d’hypothèses restent possibles, tant de questions se posent…

 

L’Humanité est né d’une volonté d’une espèce venue d’ailleurs, les ingénieurs. Mais alors, pourquoi vouloir détruire toute vie sur Terre à l‘aide d‘une arme animale, cette fameuse bête, l‘alien ? 

Autre hypothèse suggérée, mais seulement suggérée, l’Humanité est né d’un hasard, d’un geste involontaire. Mais pourquoi alors vouloir la détruire ? Par peur de la voir évoluer, devenir dangereuse ? Par interdiction religieuse chez ces ingénieurs de créer la vie, de la propager ? 

 

Les ingénieurs sont une espèce guerrière, fabricants des armes animales, les aliens. Mais est-ce bien vrai ? N’ont-ils pas été confronté eux-mêmes à cette menace alien, ne l’ont-ils pas étudier sur cette lune, dans cette base qualifié de militaire ? 

 

Aux premiers plans de Prometheus, l’ingénieur n’est-il pas également un très rare survivant de son espèce, venu se suicider sur Terre, ultime refuge pour lui ? A-t-il offert volontairement à la Nature terrienne son génome ? 

La teneur exact de son geste est impossible à déterminer et pourtant sert de base à tout le film. Scène capitale et énigmatique, placée au tout début du film pour que le spectateur l’oublie, puis s’en souvienne pour éclaircir ou obscurcir le long métrage…

 

prometheus 2

 

Ces fameux ingénieurs, nos ancêtres, voir créateurs, tout le long du film nous sont décrits comme pouvant créer des vies, notamment les dangereux aliens. 

Mais objectivement, rien dans le film ne nous le montre… Ils ont aussi bien pu les trouver sur une autre planète et tenter de les domestiquer… Rien ne nous montre qu’ils auraient eu la capacité à créer l’Humanité. N’est-ce pas qu’un fantasme humain, un délire créationniste porté par les investigateurs de cette expédition jusqu’à ce qui est perçu, peut-être à tort, comme nos origines ? 

En ce sens, Ridley Scott ne défend en rien cette fameuse idéologie biblique anglo-saxon niant la réalité scientifique de la naissance de la vie. Il emprunte à la réalité sociale de son pays, ce qui ne peut être reproché à un artiste…

De plus, l’idée d’une création ex-nihilo de l’espèce humaine, ou d’autres formes de vie, est déjà présente en SF. Ridley Scott n’a là rien inventé, mais reprend un thème et le transporte dans son univers visuel. 

 

Et je pourrais encore vous trouver dans Prometheus dix autres questionnements, dix autres pistes ouvertes. 

 

prometheus 9

 

L’origine de la vie est une énigme, elle doit donc pour les scénaristes logiquement aussi le rester dans Prometheus, film finalement absolument pas religieux, tour de force narratif pour une thématique rongée, surexploitée par les diverses religions inventées par l’Humanité. 

En cette narration ouverte, destinée à l’interprétation, Prometheus est certainement à mon sens bien plus intéressant que le récent Avatar de James Cameron, à la narration linéaire et sans surprises.  

 

prometheus 02

 

Alors certes, il existe des films SF plus excitants par ailleurs, rarement des grosses productions où il convient de ne pas trop dérouter le spectateur. Mais tout de même, Prometheus est une réussite intellectuelle, sans toutefois remettre en cause certains clichés des films SF spatiaux ni atteindre encore à mon sens le rang de chef-d‘œuvre cinématographique. Quoi que le temps le dira peut-être. 

 

Prometheus, ou le feu du questionnement existentiel jamais éteint. 

 

Gulzar 

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans CARNET DE NOTES
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 14:06

banniere Gulzarama internet-copie-1

 

 

Résumé

Première rencontre

 

La progression se faisait difficile, le long d’une gorge encaissée. Le gamin Pierre-Louis s’arrêta devant un énorme roc détaché de la montagne. 

- Je devrais te bander les yeux… T’es p’être un espion ? 

La main sur le cœur, Wictorius jura ses grands dieux qu’il n’en était absolument pas un. 

- Gamin, à mon tour de vérifier que tu es bien ami avec l’ANE ! Que veulent dire ces trois lettres ? 

- L’Armée pour une Nouvelle Elite, bien sûr ! Le guide spirituel, c’est Ernest-Valéry Destin !

Au moins, Wictorius saurait ce que signifiait le mystérieux sigle, sa sublime secrétaire Angelica n’avait pas eu le temps de lui dire. 

- Pas le moindre rapport alors avec le quadrupède aux grandes oreilles ? 

- Oh non, Msieur ! Quoique que l’âne de Tata Djamila soit très intelligent. Il arrive à ouvrir la porte de la cuisine et à voler les sucres dans le buffet ! On est obligé de l’attacher à un piquet toute la journée. 

Décidément, la République Paysanne proclamait l’amour des bêtes mais n’avait que bien peu de considération pour eux. Dire qu’au Brazil, les animaux les plus évolués payaient des impôts.  

Le ciel avait disparu. Dans les profondeurs de la Terre, la pénombre et l’humidité résonna bientôt une voix menaçante.

- Qui va là, par Broglie !

- Pierre-Louis, je ramène un ami ! Et des poires ! 

Surgi d’une anfractuosité, l’homme à la longue barbe jaugea cet inconnu, sa main calleuse posée sur l’épaule de Wictorius. Puis satisfait, il retira son couteau appuyé contre le ventre du grand espion brazilien. 

 - L’ami, tu me plais ! Tu as le regard franc et sincère des farouches Africains, nos frères d’armes pro-nucléaires qui de l’autre côté de la Méditerranée luttent pour l’Energie Atomique ! Sois le bienvenu en Ardèche, terre de Résistance ! 

 

La suite demain ! 

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 13:10

Nicolas Sparth Bouvier5

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Illustrations
commenter cet article
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 19:36

banniere Gulzarama internet-copie-1

 

 

Résumé

Wictorius franchit les barbelés

 

Le gamin Pierre-Louis n’oublia pas de récupérer le sac de poires volées. D’un côté, il l’encombrait et l’empêchait de tenir en respect Wictorius avec son lance-pierres ; de l’autre, il ne pouvait abandonner les précieux fruits. 

- T’es un véritable étranger ? T’es pas un de ces stagiaires africains en vin et fromages, alors… Ça fait longtemps que t’es noir comme du pétrole ? 

- À vrai dire, depuis ma naissance, gamin. J’aime bien cette couleur !

- Chez nous, les chats noirs, ça porte malheur !

- Et bien chez nous, les chats noirs portent bonheur. C’est encore loin tes fameuses cavernes ? 

- Assez. Faut surtout éviter la grande route Pierrelatte - Coucouron !

Fouetté par les branches basses, les fougères et les cruelles orties, Wictorius parvint à suivre son jeune guide. Une rivière fut franchie, puis il fallut remonter à flanc de colline, traverser des taillis. 

Épuisé, Wictorius parvint à un plateau herbeux vallonné, moins abrupt. Sous le soleil levant qui peinait à percer des nappes de brouillard, le paysage champêtre évoquait sinistrement un véritable camp de concentration. 

- J’ai déchiré mon pantalon, gamin ! Quelle idée de faire prisonnier autant de quadrupèdes avec des fils de fer ! 

- L’ANE vous en donnera de nouveaux vêtements ! Et un passeport intérieur pour la Foire Agricole Internationale de Montélimar !  

Un doute affreux envahit Wictorius. Non, cela ne se pouvait pas ! Les Français ne pouvaient tomber si bas, s’avilir au point de revenir à la Préhistoire ! 

- Pierre-Louis, que faîtes-vous donc de tous ces bestiaux, que je suppose extrêmement dangereux ? 

- Les vaches ? Bin, on les mange. 

Se sentant mal, Wictorius alla s’asseoir un moment contre le talus, les fesses dans l’eau pas très claire d’un ruisselet, lui qui ne connaissait que le bœuf artificiel Carne Snugita

 

La suite demain ! 

Repost 0
Published by 36 quai du futur - dans Feuilleton WICTORIUS DU FUTUR
commenter cet article

Présentation

  • : 36, quai du futur
  • 36, quai du futur
  • : Bienvenue à toutes et à tous. Je suis Gulzar Joby, auteur de Science-fiction. Retrouvez mes parutions, mon carnet de notes et les autres rubriques de mon blog.
  • Contact

Cherchez Un Article !

Archives